Paula Hawkins, La fille du train

Une lecture divertissante :

Ce qu’il faut savoir, en premier lieu, c’est que j’achète systématiquement les livres selon deux critères principaux : une bonne couverture et un quatrième de couverture qui met l’eau à la bouche. Je parle bien sur des livres en grand format, d’auteurs que je ne connais pas. La fille du train m’est venu d’une différente façon. J’en avais entendu parler et vu un article sur Internet comme quoi ce livre éblouissait le monde du thriller, des milliers de lecture, un premier roman exceptionnel, un « best-seller » international. Il fallait donc qu’à mon tour je me fasse mon opinion et que je rejoigne ou non la masse, en termes élogieux à propos de ce roman ou d’un œil plus critique, pointant les faiblesses de ce dernier. J’ai acheté le livre et l’ai bouquiné rapidement, en quelques jours. Il faut dire qu’il est d’une longueur relativement correcte (380 pages). A présent, voici ce que j’en ai pensé.

Résumé du livre :

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.
Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom
Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Ma critique :

Ce serait me voiler la face que de dire que je n’ai pas apprécié ce livre. Les critiques sonnent justes, après coup. Du moins sur le fait que ce thriller est d’un nouveau genre. Et cela est particulièrement rafraichissant que de voir que ce monde peut encore évoluer et se tourner vers des nouveautés à part entière, non dans le scénario concocté, qui est ici assez similaire avec d’autres œuvres d’écrivains, mais dans la mise en forme et la trame de l’histoire.

Nous suivons ici Rachel, une femme divorcée ayant sombré dans l’alcool et le désespoir. Rien ne lui rend son sourire, si ce n’est observer chaque matin et chaque soir la maison de Jess, la femme parfaite dans la petite maison, à bord de son train.

Rachel est une femme attachante, nous avons envie de la voir redresser la pente. Chaque page tournée était un supplice de plus pour elle et nous voulions que ça change. Et ce jour est arrivé lorsqu’elle voit dans le journal que Jess (Megan) a disparu. Elle va alors se faire une raison et chercher à savoir pourquoi une femme aussi parfaite que Megan ne donne pas signe de vie.

La trame de l’histoire est charmante car elle se déroule chaque « matin » et « soir », au fur et à mesure que le train qu’elle emprunte passe. J’ai bien aimé la construction globale de ce roman et comme je l’ai dit plus haut, cela fait énormément plaisir de voir du neuf !

A part Rachel, nous suivons deux autres narratrices :

– Megan, d’un an auparavant à sa disparition. Bien entendu ce sont des jours précis. Megan est une femme particulièrement manipulatrice et n’est que le pâle reflet de ce que ce faisait Rachel. Je n’en dis pas plus.

– Anna, la nouvelle femme de Martin, l’ex-mari de Rachel. Je vous laisse imaginer les tracas.

Jusqu’à présent, c’est une critique positive, un coup de cœur intégral. Mais ce n’était qu’illusion.

En effet, j’ai eu pour habitude au fil de mes lectures de me laisser happer dans une histoire et de vivre un revirement de situation de dernière minute, mettant mes nerfs à l’épreuve et me laissant dégoût et amertume de ne pas avoir deviné le coupable mais surtout une satisfaction réjouissante à penser qu’une fois de plus, l’écrivain m’avait eu. Et bah il n’en était rien ici. J’ai deviné le coupable une bonne centaine de pages avant la fin du livre et la « révélation ». Alors, que sais-je, c’est peut-être la multitude de romans qui m’ont aguerris jusqu’à présent pour être plus conscient et fin limier afin de deviner les diverses stratégies de camouflage de l’écrivain. Ou bien l’effort pour brouiller les pistes n’était pas assez travaillé. Ce n’est qu’un détail peut-être mais il a toute son importance entre un coup de cœur et un roman d’exception.
Car oui, sans cela, cela aurait été un véritable roman d’exception.

Nous vivons cette intrigue au rythme des roulements mécaniques du train sur les rails. Cela va vite, s’accélère. Perdue dans les méandres de sa mémoire noyé dans l’alcool, Rachel essaie de se souvenir et d’avancer. Et nous espérons qu’elle réussisse à se sortir de se trou noir, sous toutes ses formes et de sa vie, submergé de désespoir.

Les bons points :

– Une excellente mise en forme, rafraîchissante.

– Une héroïne attachante. On ressent une certaine pitié et nous voulons l’aider à se relever.

– Roman agréable, bon style d’écriture.

Le mauvais point :

– Une fin prémédité relativement tôt, dommage.

Le passage qui donne envie :

 

Martin a posé la main sur mon avant-bras et a conclu :
– ça me fait vraiment plaisir de te voir , Rachel.
Sa pitié était presque palpable. Avant ces deux dernières années, je n’avais jamais compris comme cela pouvait être humiliant de voir quelqu’un avoir pitié de soi.

Mon texte :

Je ne pouvais retenir mes larmes. Le coup de l’émotion. La chaleur de sa paume de main. Cela ravivait de nombreux souvenirs, comme la fois où à la fête foraine, nous étions tout deux souriant et insouciant, dans Le Train de l’espace, l’attraction phare de l’été 2011. Il retira sa main. J’étais gêné de me dévoiler comme cela, presque nue devant cette homme devenu un étranger. Il avait tellement changé. Autrefois soucieux, maintenant distant. Il est cruel de voir qu’un homme que l’on avait éperdument aimer et avec l’on avait passé un long moment de sa vie pouvait à présent être à une grande distance, tant au niveau émotionnel que spatial. Il me sourit. Un sourire qui en disait long. A la fois compatissant et interrogatif. C’était humiliant. Il se demandait quand j’allais arrêter mes caprices de jeune fille, quand j’allais arrêter de jouer. Mais je ne jouais plus, j’étais sincère. Martin me manquait, qu’avais-je accompli depuis qu’il était parti ? Je buvais, j’avais perdu mon emploi, je mentais. Et lui s’envoyait en l’air avec une autre femme, dans mon ancienne maison…Je regrettais ce temps là.
– Rachel, me dit-il comme s’il lisait mes pensées, cela fait deux ans maintenant.
Humiliant, vous ai-je dit ?

 

Pour conclure :

Le roman n’est disponible qu’en grand format pour l’instant, édité par Sonatines éditions. Il fait 380 pages et se lit vraiment facilement, d’une traite si vous en avez le temps.
Pour la petite histoire, les droits de ce livre ont été acheté pour une adaptation cinématographique, par DreamWorks Pictures. Le film sera normalement achevé courant 2016, mais je pencherai plus pour 2017. Emily Blunt incarnera Rachel, vous avez pu la voir au côté de Tom Cruise pour Edge of Tomorrow.
Et Tate Taylor est choisi pour réaliser le film.

Pour ce qui est plus personnel, je vous remercie de lire mes chroniques. Je vais être plus régulier comme je l’ai dit précédemment. Je ne sais pas encore sur quel roman portera ma prochaine réflexion.

Il me reste à vous souhaiter une excellente année 2016 (c’est encore le moment), et je n’ai pas pu le faire avant.

Je vous prie, encore une fois, de m’adresser un maximum de retour sur ce que je pourrais améliorer dans l’ensemble, rendre plus vivant. J’aimerai aussi que vous participiez à votre tour au « petit texte ». Il est toujours amusant de voir jusqu’où vous, lecteur comme écrivain, pouvez pousser votre imagination (un maximum de 15-20 lignes), par rapport au passage qui donne envie ou au livre en général si vous l’avez lu.

Je voudrais aussi remercier chaleureusement « ChasingBooks » pour l’aide qu’elles m’ont apportées. Non pas une aide matérielle pour la rédaction de cette chronique, mais une aide morale afin de continuer à vous servir des réflexions qui je l’espère, vous sont utiles et vous feront, ou non, acheter le bouquin. Je vous invite bien entendu à jeter un œil avisé à leur blog (https://chasingbooksblog.wordpress.com/)

Milles bisous, à la prochaine,

Poch

Publicités

14 réflexions sur “Paula Hawkins, La fille du train

    1. Merci pour ton commentaire !
      En effet c’est un roman qui se lit facilement. J’ai jeté un œil averti à ton billet et tu as fait une courte mais intéressante chronique
      Je t’ai par ailleurs ajouté sur Livraddict.
      Amicalement

      J'aime

  1. Je ne lis ton article que maintenant, déjà un grand merci pour ton petit mot ! Et je réitère ce que je t’avais déjà dit, tu fais bien de continuer 🙂 Tu as des choses à dire et tes articles sont toujours très agréables à lire, clairs et concis. j’ai particulièrement aimé le fait d’apprendre que tu étais grand amateur de classiques avant de te centrer sur le genre du thriller ! Si jamais tu reviens à tes premiers amours, je serais ravie d’en discuter avec toi 🙂 Et concernant ce livre et la construction de ta chronique, écoute il n’y a rien à redire, le petit texte écrit de ta main ne gâche rien. A une prochaine.
    Anne.

    J'aime

    1. De rien, il fallait bien que je vous fasse une petite « référence » pour l’aide que vous m’avez apportée !
      Merci beaucoup pour les remarques positives, je suis sur la rédaction d’une chronique pour la 5ème vague et j’ai pas mal de choses à dire !
      Écoute je ne pense que je reviendrais vers les classiques ^^, j’aime beaucoup trop l’aventure que dégagent certaines histoires d’auteurs aujourd’hui. Ceci-dit je diversifie pas mal pour de la science-fiction ces derniers temps ! 🙂
      Merci beaucoup pour tout ! D’ailleurs je t’invite à te prêter au jeu et faire une rédaction personnelle aussi 😉
      Poch.

      J'aime

  2. Par rapport aux autres rubriques d’ailleurs, j’aime beaucoup l’idée du texte inspiré, excellent point ! C’est quelque chose que je n’avais pas encore vu.

    J'aime

  3. Me voilà donc ! Je vais juste te donner mon avis sur la construction de ta critique, mon portable donnant une mauvaise configuration du site…

    Déjà elle est bien organisée, et de ce que je peux voir avec mon téléphone elle me semble bien aérée. Deux bons points. Petites remarques concernant le contenu : essaye de dire pourquoi tu as acheté ce roman, les raisons qui t’ont poussé à le lire (genre qui t’intéresse, couverture sympa…). Aussi, donne ton avis sur les personnages principaux sans trop en dévoiler sur eux (c’est dur je sais, je t’avoue que j’ai du mal moi aussi). Et surtout, essaye de faire un résumé moins long de l’histoire : tu postes déjà le résumé de la quatrième de couverture, pas besoin de nous répéter ceci dans la critique.

    Ceci dit, ta critique est très agréable à lire et est bien organisée, continue comme ça. 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s