Liz Coley, écoute-nous

Une relecture enrichissante:

Chose promise, chose due. J’avais envie, pris d’une humeur enjouée, de relire un court roman (d’une longueur maximum de 300 pages). J’aime allier lecture et curiosité, intérêt voire passion. Depuis que j’ai commencé à lire des thrillers, je me suis intéressé de plus près vers la psychose des meurtriers. Je voulais des livres abordant ces thématiques. Ensuite m’est venue l’idée de peaufiner plus en détails, que ce soit dans les thrillers ou dans des lectures informatives, les dégénérescences du cerveau, avec notamment les dédoublements de personnalité, personnalités multiples, schizophrénies, etc…

J’ai fait des recherches personnelles pour comprendre plus en détail comment ces personnes étaient soignées, quelles étaient leurs crises, comment réagissaient-ils dans une certaine situation et de nombreuses autres questions. Mais ça, c’était après ma lecture de ce roman, premier ouvrage de la jeune écrivain Liz Coley, «écoute-nous». Je me souviens avoir apprécié ma première lecture et je voulais réitérer cette expérience par une seconde lecture et vous en faire le compte-rendu ensuite. Résultat ? Bah l’effet produit est similaire à ce que j’avais ressenti la première fois, ce roman est une belle surprise.

Résumé du livre:

Angela a 13 ans quand elle disparaît d’un camp de vacances. Le lendemain, elle rentre chez ses parents – ou du moins c’est ce qu’elle croit : en réalité, elle a été absente plus de trois ans. Trois années dont elle n’a aucun souvenir. Que s’est-il passé ? Où était-elle tout ce temps ? Sans la moindre réponse à ces questions, Angela tente de reprendre une vie plus ou moins normale avec l’aide de la psychologue qu’elle voit désormais régulièrement. Au fil des séances, alors qu’elle cherche à retrouver la mémoire,, son comportement devient de plus en plus étrange et incontrôlable. La jeune fille l’ignore, mais ce qu’elle a vécu est encore plus terrifiant que tout ce qu’elle peut imaginer…

Ma critique:

 

Un livre qui m’a retourné.

Dans ce livre, nous suivons un personnage: Angela. Ou plusieurs selon les avis, car Angela a subit un traumatisme dans sa vie. Un traumatisme tel qu’elle revient d’un camp avec les scouts chez ses parents avec… 3 ans de retard. Mais elle n’en a aucun souvenir.

En fait, différentes personnalités habitent ce personnage principal, des «alters», pour «personnalités alternatives». Et, au fil des pages, Angela va être contrainte de laisser ces alters se manifester et apprendre ce qu’il s’est véritablement passé lors de ses trois dernières années, voire plus longtemps auparavant.

C’est un livre riche, il se lit relativement vite. J’ai eu du plaisir à le lire. Il commence comme un thriller classique. Une énigme totale, Angela rentre chez elle et ses parents sont ébahis de la voir «saine et sauve» mais elle ne comprend pas tout ce raffut.

Puis, au fur et à mesure que ses personnalités vont surgir et se manifester, le roman prend une dimension plus fantastique, presque irréel, alors que cette maladie, appelé TDI (Trouble dissociatif de l’identité) est quelque chose de naturel qui sert de mécanisme de défense par rapport à un événement trop douloureux, tant sur le plan affectif, physique ou sexuel.

J’ai vraiment apprécié cette présence et de voir cette maladie sous ce genre la. C’est une maladie qui me fascine beaucoup et l’écrivain rend cela d’une façon particulièrement bien détaillée, nous faisant limite une leçon sur les effets, surtout négatifs, que cela engendre sur la personnalité principale (la notre).

Chacune de ses personnalités a ses propres caractéristiques. Et chacune apporte ce petit plus à l’histoire, comme à l’héroïne d’ailleurs. Bien qu’elle ait mis du temps à s’en rendre compte.

Les personnages secondaires, outre les autres personnalités que j’accorde avec le personnage principal, cela va de soit, n’ont rien de bien intriguant.

Nous comptons les parents d’Angela, soucieux de son état. Des anciens amis, Kate, Livvie et Greg. Les deux derniers apportent peu, des péripéties singulières et usuelles. Kate est une adolescente sympathique mais rejetée parce qu’elle a dénoncé son petit-ami de l’époque. M’enfin, nous avons tous connus ça, au collège, les problèmes et l’attitude des jeunes adultes pour exclure une personne d’un groupe.

Ibrahim et Ali, deux frères jumeaux. Ali traîne avec Kate, Ibrahim avec Angela. Ibrahim apporte cette bouffée d’oxygène qu’attendait Angie. Nous visons des instants sympathiques lors de ses apparitions. Bizarrement (ou pas) je me suis reconnu en lui, dans son côté romantique, timide et compatissant, c’est tout moi !

Bien sur, on a tôt fait de deviner au fur et à mesure le comment et ce qu’elle a vécu, mais c’est amené d’une façon correcte. Et Angela gère sa nouvelle vie avec tact, sagesse et humour. C’est plaisant.

En clair, si comme moi vous avez ne serait-ce qu’une petite fascination pour ces troubles du cerveau ou si vous êtes curieux de découvrir un bon roman, je vous le conseille vivement !

Cependant, vous me demanderez, à raison, pourquoi ne pas le placer dans un coup de cœur ?

A vrai dire, ce roman psychologique est bien construit mais je suis beaucoup trop friand des revirements de situation inattendue. J’ai bien aimé être amené jusqu’à l’évidence à la fin de ce roman-ci mais cela reste qu’à de trop rares occasions.

Petit bémol aussi sur le manque d’impact finalement des autres personnages. Mais en cela on ne peut pas vraiment en vouloir à l’auteur. Angela et ses différentes personnalités remplissent à merveille ces différents personnages !

Les bons points:

  • Un roman plaisant, facile à lire
  • Une héroïne attachante, perdue mais les pieds sur terre. Et un humour soigné.
  • Une intrigue posée et bien ficelée où l’on nous amène sereinement aux vérités.

Le mauvais point:

  • Peut-être la fin qui m’a laissé un sentiment d’inachevé. Une «happy-end» c’est assez rare dans le genre du thriller

 

Le passage qui donne envie:

Angel ?
Papa avait parlé dans un souffle. Il se tenait sur le palier, pétrifié. Ses cheveux noirs étaient devenus tout gris. Ses yeux mouillés de larmes semblaient avoir cent ans.
Le cœur d’Angie se mit à battre très vite et ses pieds la démangèrent comme s’ils avaient envie de détaler.
– Vous me foutez les boules…
– Nous, on te … ?
De nouveau, ce rire hystérique.
– Angie, où… où étais-tu passée ?
– Quelle question… ! répondit Angie
Elle en avait des crampes à l’estomac.
– Je campais avec les scouts…
Cette façon de la manger du regard, c’était très gênant.
– Oui, je campais, répéta-t-elle, plus fermement.
Son père se mit à descendre l’escalier.
– Tu campais, répéta-t-il à son tour. Tu campais ?
Sa voix monta dans les aigus.
– Pendant trois ans ?

Mon texte:

Nous t’avons dit de te cacher, cette épreuve était encore trop nouvelle pour la subir. Angel s’avança et te rassura. Il était déterminé. Il possédait la force et le courage, choses que nous toutes n’avaient pas. Nous le regardions tous à travers tes yeux. Avec une force quasi surhumaine, tu t’es libéré de son étreinte et lui assenait un coup, au bas du ventre. Tu souriais, satisfaite de t’être enfin défendu. Mais, grâce à Angel, tu voulais plus. Faire mal, terriblement mal…

  • Angie ! Qu’as-tu donc fait ? Cria sa mère.

Angela se tenait devant son oncle, Bill. Ce dernier suffoquait au sol, crachant du sang. Imperceptiblement, ce dernier lui jeta un regard noir, qui la fit frissonner. Elle n’avait pas souvenir l’avoir frappé mais au fond de sa conscience, elle entendit ses alters se réjouir. Ainsi, mût d’une étonnante satisfaction, elle sourit à son tour en devinant qu’Angel l’avait aidé. Mais il fallait que ça cesse. Qu’elle reprenne possession de son corps, qu’elle redevienne la personnalité dominante et qu’elle assimile ces autres personnalités. Angela devait renaître, et vite !

 

Conclusion:

J’ai eu ce livre entre les doigts en grand format. Je n’ai aucune idée s’il en existe un livre de poche actuellement (logiquement oui). Je vois sur Amazon que le prix avoisine la vingtaine d’euros.

Ce sont les éditions «Presse de la Cité». D’une longueur de 290 pages.

Vous pouvez lire le roman d’une traite sans aucun doute !

Bien que dans cette chronique, j’ai l’impression d’en avoir moins dit, c’est que, le livre étant assez court, j’avais peu de trop en dévoiler sur l’intrigue ou l’histoire et je ne voulais en aucun cas arriver à cela.

Si certains d’entre vous ont une âme de «geek» et souhaite faire une sortie agréable et délirante avec des ami(e)s, allez voir Deadpool. Le film est extra, à consommer sans modération 🙂

Comme d’habitude, ne vous privez pas de commenter, je me ferai un plaisir de vous répondre. Avez-vu de votre côté lu le livre ? Il est peu connu alors je pense que pour une grande partie, ce sera une découverte et si vous l’achetez, je vous souhaite que la lecture soit aussi agréable qu’elle l’a été pour moi !

Je n’ai aucune idée sur quel ouvrage portera ma prochaine chronique, je suis en vacances depuis hier et je vais certainement faire une pause de quelques jours.

Milles bisous, portez-vous bien,

 

Poch.

Publicités

6 réflexions sur “Liz Coley, écoute-nous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s