Jeff Abbott, Adrénaline

Encore une fois pour une de mes chroniques, il s’agit ici d’une relecture. Cette dernière se révèle fortuite et je vous explique pourquoi. Il s’agit ici du premier tome de la série « Sam Capra » et même si le 3e tome (que je n’ai pas lu) ne suite pas forcément les deux histoires précédentes, je pense qu’il est tout de même plus judicieux pour moi, dans mon organisation, d’en parler et de les chroniquer avant ! C’est pourquoi j’ai voulu recommencer la lecture de ce premier opus où l’on découvre ce personnage, agent de la CIA. C’est un livre haletant, du début à la fin. Il est clair que l’on ne s’ennuie que rarement dans ce livre. Nous parcourons de nombreuses villes avec le personnage principal (New York, Rotterdam, Amsterdam, Paris, Londres). J’avais déjà évoqué ce livre dans ma chronique sur Mémoire Cachée de Fitzek, car j’avais trouvé que le dernier thriller de l’auteur allemand se rapprochait de cette impression d’un rythme qui s’enchaîne dans plusieurs villes. Doté d’une écriture fluide et prenante, louable à l’écrivain, reconnu comme étant un des grands auteurs de thriller américains, ce livre nous procure un certain plaisir, mélangeant espionnage, policier et thriller. C’est un livre qui fait passer un bon moment, et j’en avais bien besoin ces derniers jours ! Je vous présente Adrénaline, de Jeff Abbott.

Adrénaline couv1

Résumé

Sam Capra, un jeune Américain basé à Londres, mène la vie dont il a toujours rêvé. Brillant agent de la CIA, sa femme, Lucy, attend leur premier enfant. Mais un jour, elle l’appelle à son travail et lui demande de quitter le bâtiment immédiatement. Il le fait… quelques secondes avant que tout explose ! Lucy disparaît et le couple est bientôt accusé par la CIA. Torturé, Sam parvient à s’échapper et se lance à la recherche de sa famille et du responsable de ce complot.

Sam Capra, un homme prêt à tout

Tout part de cet étrange fait. Une bombe explose dans le bâtiment central de la Compagnie, une branche de la CIA. Sam est le seul rescapé de cet événement. Il a été averti par sa femme et lorsqu’il sort pour la retrouver, elle est enlevé par un homme dans une voiture. Très vite, Sam est accusé de trahison envers la CIA, il sera torturé, psychologiquement et physiquement mais il tient bon. Alors que cette dernière le relâche et souhaite le tenir en laisse, il déjoue leurs desseins et s’engage alors sur les traces de sa femme et de son fils, qui naquit entre temps. Nous avons donc comme personnage principal un homme prêt à tout pour aller à ses fins. Il n’a qu’un seul but, une seule idée et va tout faire pour y parvenir. Il n’a rien à perdre et tout à gagner et aura toujours cette épée de Damoclès au dessus de la tête, à savoir que la Compagnie le traque de leur côté, prêt à le rejeter en prison s’il le faut. Sam va alors remonter plusieurs réseaux pour arriver au but qu’il s’est fixé. Malfrats, caïds, dealers, personnages sans scrupules et ignobles, il va croiser et s’associer un laps de temps avec ces personnes afin de remonter l’échelle de l’organigramme jusqu’à trouver l’homme qui a enlevé sa femme. Sam Capra est un homme de 25 ans. Blond, musclé, il aime le parkours, vous savez, sauter d’obstacles en obstacles, sur les bâtiments, sur les murs, etc. J’aime beaucoup en voir pour ma part. C’est un homme affable et sûr de lui, de ses forces. Il sait ce qu’il a à faire et le fait bien. Je me suis bien identifier à ce personnage, que je retrouverai avec plaisir dans le tome suivant, qui sera une relecture aussi.

Un rythme effréné

Comme je le disais dans l’introduction, nous avons une succession de ville mais nous ne sommes malgré tout pas dépaysé. Chaque fois nous savons où nous sommes. Le rythme va crescendo, au plus il remonte l’échelle, au plus nous sentons cette tension et les cloisons se rapprocher autour de Sam pour l’enfermer. Sam infiltre le réseau avec efficacité et use d’un flegme surprenant. On sent cependant l’expérience derrière. Il joue bien son rôle et c’est ce que l’on lui demande, bien aidé par Mila, une étrangère travaillant pour un groupe inconnu mais très puissant, qui voulait remettre en selle Sam. Cependant, l’écrivain se permet quelques libertés. Au delà du rythme, on sent que tout est bien trop facile pour Sam d’arriver à ses fins. Ne serait-ce que pour ces identités, car il en utilisait plusieurs sous couverture lorsqu’il était agent. Le fait que la Compagnie ne les bloquent pas, pour le « suivre » est assez laxiste. Mais cela reste souple et c’est bien tatillon de ma part d’en parler. Le reste est bien documenté, certains passages avec les trafiquants sont dérangeant mais réaliste: la mise en esclavage et le marchandage de femmes vers une exportation de ces dernières dans la prostitution. Ou encore du fait que ce trafic représente près de 20% de l’économie mondiale. C’est énorme en somme. Le livre fini sur une fin ouverte qui annonce ouvertement un second opus, que je relirai très bientôt.

Mon avis

Un bon thriller pour passer entre deux lectures, peut combler une lecture hors de votre zone de confort !

Poch

Publicités

7 réflexions sur “Jeff Abbott, Adrénaline

  1. C’est très rare que je relise un roman, à part les Harry Potter, même si je l’ai adoré, car je n’ai plus la surprise de la découverte et du coup mon plaisir est un peu gâché… Mais c’est peut-être bon de les retenter avec les romans policiers, afin de découvrir ce qu’on avait pas su voir la première fois 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Vu que lorsque j’ai lancé mon blog, j’avais déjà lu 50 livres facilement, y’a quelques livres (inscrit dans mon article sommaire/PAL) que je vais relire afin de les chroniquer ^^
      Les Harry Potter je les ai lu pleins de fois :p
      Oui c’est une des raisons de relecture pour les policiers 🙂
      Bisous Sandy :3

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s