Sophie Hannah, Meurtres en Majuscules

Il y a des ces livres qui sont dans votre PAL depuis une éternité, que vous vouliez sortir depuis un certain temps, mais, pris par d’autres obligations livresques ou d’autres envies subites, vous le laissez passer et finissez par l’oublier, un temps. Tel a été la « tragique », si j’ose dire, destinée de ce livre qui a rejoint ma bibliothèque de nombreux mois auparavant. Bien sur, lorsque quelqu’un comme moi voit sur les étagères une nouvelle enquête d’Hercule Poirot, non écrit par Agatha Christie, cela fait irréversiblement « tilt » au sein de mon psychisme, provoque une réaction en chaîne qui abouti à la conclusion que nous connaissons tous, l’achat du livre. Ce livre donc, je voulais le découvrir. C’était la première fois que le groupe qui gère les comptes de le très regretté Agatha Christie laissait un auteur reprendre son œuvre et ajouter une nouvelle enquête au palmarès déjà bien garni du détective belge Hercule Poirot. Ce dernier est mon détective préféré, devant Sherlock Holmes. Sa gros bedon, sa moustache caractéristique, son pays natal et ses déductions toujours aussi exceptionnelles, tout cela m’avait manqué. Au final, j’ai eu une lecture très plaisante. J’avais cependant peur au début. Peur que ce livre ne soit qu’un éloge du détective. Mais bien que certaines choses m’ont agacées, ce livre rend un bien bel hommage à la romancière britannique Agatha Christie. Je vous présente Meurtres en Majuscules de Sophie Hannah.

Résumé

Et dire que Hercule Poirot voulait prendre des vacances pour reposer ses petites cellules grises en surchauffe ! Pour cela, au lieu de prendre le large, il choisit de se réfugier incognito dans une pension londonienne. Et voici que l’aventure frappe à sa porte, alors qu’il souhaitait se mettre au vert.
Trois cadavres, le même jour, dans le même hôtel, dans trois chambres différentes, assassinés de la même façon et retrouvés avec un bouton de manchette dans la bouche ! C’est trop tentant pour Hercule Poirot, qui s’immisce joyeusement dans l’enquête de l’inspecteur Catchpool… à la grande joie de ce dernier.

DSC_000032

Une intrigue ardue

L’intrigue globale du livre est bien compliquée. Nous sommes très vite confronté à ces crimes commis dans trois chambres différentes à trois étages différents dans un hôtel luxueux de Londres. A partir de là, Poirot, bien aidé par l’inspecteur Catchpool, va enquêter, principalement en restant à Londres et en fouinant partout. Je me suis souvent demandé comment l’auteur arrivait à se retrouver dans son intrigue et dans les explications parfois incompréhensible que déblatéraient Poirot. Il m’est arrivé de temps à autre de relire deux-trois fois ses réflexions afin de bien comprendre les tenants et aboutissants. La logique de Poirot est implacable. Le roman se déroule sans encombre, nous faisons des voyages entre Londres et un village de campagne où se sont déroulés des événements, seize ans auparavant, qui impactent l’histoire. Nous avons des retournements de situations, des tentatives pour trouver le coupable, toutes avortées et effritées en quelques pages. Jamais il ne vous viendra à l’idée la fin, je me suis trituré les ménages et tout tourné dans ma tête les données que j’avais engrangé, rien n’y a fallu, Poirot et au delà l’écrivain ont été meilleur. Car, voyez-vous, impossible ne fait pas parti du vocabulaire de Poirot. Et ces cellules grises s’agitent en beauté pour conclure ce livre dans un retournement à la fois inattendu et surprenant, toujours théâtralement effectué. Poirot et les mises en scène…

Hercule Poirot, toujours aussi grand

Malgré sa petite taille et son gros bedon, HP (vous remarquerez combien nos héros ont souvent ces initiales) est un personnage au combien charismatique et, il faut en convenir, drôle. Premièrement, il dit vouloir reposer ses cellules grises dans un lieu de vacances. C’est louable Monsieur Poirot, fort bien. Il loge donc dans une auberge, celle-là même où il rencontre l’inspecteur Catchpool. Seulement son véritable logement ne se situe qu’à 600m. Oui, oui, même pas un kilomètre. Toujours est-il que le cadre n’est pas le même et qu’il peut ainsi profiter de ses quelques jours de vacances avant le début de cette enquête. Ensuite, tout le monde portant un minimum d’intérêt à Agatha Christie a au moins eu le plaisir de lire quelques une des enquêtes d’Hercule Poirot. C’est un personnage célèbre, un éminent et exceptionnel détective. Seulement voilà, quelque chose m’a agacé et ce, dès la première page du livre: cette très nette impression que l’auteur ne voulait pas se démarquer et rester dans le conformisme, à savoir porter un éloge sur cet homme. Tout le monde sait qui il met, il n’était pas nécessaire de commencer par dire, je cite: « Hercule Poirot, seul dîneur du restaurant… Ce n’était pas la première fois qu’il constatait sa finesse et son esprit d’observation ». Encore heureux. Cette histoire se situe vraisemblablement vers la fin de sa carrière donc il a résolu près de quarante enquêtes. Ça m’a un brin agacé. Je voulais que l’auteur se démarque plus en tentant certaines choses. Par respect elle est restée dans la forme.
Le narrateur de cette histoire est l’inspecteur Catchpool. Personnage nouveau car nous avions l’habitude de voir l’inspecteur Japp usuellement. Dans ce sens, l’écrivain s’est distinguée. Cet inspecteur fait un très bon narrateur, à n’en pas douter, mais le livre aurait gagner encore une fois en force sans les phrases et pensées parfois barbantes qu’il exprime pour parler de Poirot. Nous savons qu’il le connaît depuis peu mais qu’il sait à qui il à affaire. Mais cela ne change rien. Il reste confiné dans ses croyances, dans son mode opératoire et lorsque Poirot a raison (chose qui, soyons honnête, arrive à 95% du temps), il nous sort ces fameuses phrases: « comment a-t-il su ? », « comment a-t-il deviné ? ». C’est censé être le meilleur détective en activité. Enfin il se dit à la retraite, mais il est bien la. Tous ces points font penser que je n’ai pas apprécié ma lecture mais que nenni, j’ai passé un très bon moment. L’enquête est rondement mené. Tout est passé au crible et avec Poirot, chaque détail a son importance. Ce dernier tire les ficelles à merveille et nous entraîne dans des réflexions abracadabrantes pour finalement conclure cette affaire d’une main de maître, comme à son habitude.

Un vibrant et émouvant hommage à A. Christie

Comme je l’ai dit un peu plus tôt, la création du personnage de Catchpool était nécessaire pour se démarquer un peu de la défunte écrivain. Essayer de poser sa marque, son emprunte dans cette aventure livresque et à plus grande échelle de placer et considérer ce roman comme pouvons prendre place dans le panthéon d’Agatha Christie. Et c’est ce qu’il se passe, le temps d’un livre, nous prenons plaisir à suivre cet inspecteur, manquant cruellement de confiances et mis en face de ses doutes et, Poirot l’aidant à voir plus clair certains points et le forçant à réfléchir, lui répétant sans cesse qu’il deviendra un jour un brillant inspecteur. On sent que l’auteur a pris plaisir à rédiger. Elle dit elle-même qu’elle était dingue des œuvres d’A. Christie. Je ne sais pas vraiment où situer ce livre en terme de plaisir par rapport à d’autres romans de la romancière et aux autres affaires de Poirot. Mais ce qui est indéniable, c’est que l’auteur réussi ici a posé sa patte, créant une intrigue mêlant réflexion et mise en scène, bien aidé par une écriture légère et fluide. Sophie Hannah n’arrive pas à la hauteur de certaines des meilleures intrigues d’Agatha Christie mais elle lui rend cependant un brillant hommage en écrivant un livre pour le moins réussi avec une intrigue bien ficelée. Merci.

Mon avis

Un bon ouvrage et un hommage à une écrivain célèbre. Une enquête promptement menée et résolue par le détective belge le plus respecté. A lire.

Poch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s