Peter Norden, Le désert garde ses secrets

Ce livre a été ma véritable première lecture, mon premier roman lu et m’ayant donné goût à la lecture. Quel profond sentiment j’avais de l’avoir à nouveau entre mes mains, bien qu’il soit fortement abîmé avec l’âge et par mes multiples lectures. J’ai une nouvelle fois apprécié renouer avec cette histoire qui en comportent deux. Une en 1943 où nous vivons une épopée extraordinaire dans le désert libyen. L’autre 17 ans plus tard où nous suivons un homme qui voudrait savoir ce qu’il est advenu de l’équipage d’un bombardier perdu au plein milieu de ce même désert. Nous vivons une bonne histoire en compagnie de ces hommes. Une écriture simple sans vocabulaire compliqué et nul besoin de connaissances faramineuses de cette guerre en Afrique du nord pour vous repérer ou qui pourrait vous perdre. Ce ne sera pas une lecture pour vous donner des frissons, j’en ai peur. Il est certain que ce livre ne comporte ni chute renversante, ni cliffhanger de folie à vous faire tomber le cul par terre. Il nous est conté une belle histoire, à suivre avec passion et sagesse. A surtout suivre avec joie, car au delà du livre, nous pouvons apercevoir qu’une amitié l’emporte sur le principe de la guerre et rien n’est plus vrai ni plus beau. Je vous présente ci-après Le désert garde ses secrets de Peter Norden.

Résumé

En 1960, dans le désert de Libye, des prospecteurs d’une compagnie pétrolière américaine découvrent l’épave d’un bombardier américain, habitée par un personnage fantomatique… Qu’est donc devenu le reste de l’équipage ? C’est ce que cherchera à établir William Martin, des Services de Renseignements. Un précieux témoignage lui est apporté par l’ancien pilote de chasse allemand, H.J. Gräf, grâce auquel nous remontons à 1943, aux opérations de l’armée de Rommel et des Forces Alliées stationnées en Afrique du Nord

DSC_0197

Une belle histoire

Plusieurs histoires sont racontées au sein de ce livre mais la plus belle concerne l’amitié. En effet, comment une telle amitié a pu surgir, entre un soldat allemand de la Lustwaffe (aviation allemande) et un capitaine américain, pilote d’un bombardier. Donc une amitié entre un allemand et un américain en tant de guerre. Dans ce lieu, perdu dans le désert, il n’y avait que des hommes malgré les grades. Et c’est avec bon sens et sympathie que ces deux hommes ont formé une équipe avec les autres et vécu cette épopée de guerre, finalement. Tout n’était pas gagné au départ car tout le monde n’était pas de l’avis de Clark pour prendre « Jo » dans le groupe. Le nazi était considéré comme étant rusé. Une personne non sûre sur qui il ne valait mieux pas compter. Le tuer était une chose nécessaire selon Maffia. Et ce dernier avait alors plus d’un tour dans son sac pour le faire accuser. L’histoire est narrée de façon omnisciente. Nous savons tout sur tout. Elle ne comporte pas de chute. L’histoire va d’un point A à un point Z et suit son cours naturellement, comptant bien entendu quelques péripéties. Nous vivons une épopée vivante au sein de ce désert que nos personnages veulent à tout prix quitter. Ils ont peu de vivres et ce ne sera pas choses aisée. D’autant plus que le sinoum rôde.

De bons personnages

Les personnages principaux sont suffisamment creusés et profonds. Le capitaine Clark est le leader et commandant de bord au sein du bombardier. Suis en second le commandant Wellington. Un homme qui a assez donné pour la guerre. Le doyen, doté de réflexions pertinentes. Il restera vivre avec les berbères dont le chef le choisit. Ensuite nous avons le futur capitaine et décoré de la croix de fer H.J. Gräf. Un homme affectueux, droit et loyal. En suite nous avons le lieutenant Maffia et la lieutenant Lester. Maffia est insupportable au possible et nous savons dès le départ que c’est le pourri du groupe, le manipulateur et l’homme dont il faut se méfier tout le temps. Ensuite Lester est un type qui n’a rien demandé, qui va perdre ses facultés physiques dans le crash du bombardier et va essayer de vivre sans se plaindre. Enfin nous avons le caporal Ellis, le radio. Lui aussi va mal vivre ce crash. Enfin trois autres personnages dans le bombardier mais tous inutile.
Dernier personnage important, c’est bien entendu William Martin, l’homme qui effectue toutes ces recherches 17 ans plus tard. Il est un peu encombrant mais effectue son travail avec courage et ténacité.

Un épisode de guerre peu narré

Malgré le fait que ce soit un livre historique et que nous remontons à une époque où Allemands et Américains se battaient l’un contre l’autre en Afrique du nord, cette guerre passe au second plan une majeure partie de l’histoire. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir des connaissances étendues de cet épisode de guerre. Ceci dit il est important de préciser que cette guerre en Afrique est une étape importante au début des défaites nazis, après la bataille de Stalingrad de 1942, début 1943. Le troupes stationnées de Rommel sont en oppositions à celles de Montgommery, des anglais. Sachant qu’en Mai 1943, l’Afrika Korps est défaite, ce livre se place à un moment où les allemands sont sur la défensive et n’ont d’autres choix que de faire appel aux forces aériennes pour se défendre. C’est la qu’est intervenu le pilote Gräf.

DSC_0205

Mon avis

Un bon livre, celui qui m’a donné goût à la lecture ! Une épopée dans le désert libyen qui amène deux hommes, un américain et un allemand, a se lier d’amitié malgré leur opposition en tant de guerre. 17 ans plus tard, un homme tente de reconstituer ce qu’il est advenu de tout cet équipage disparu et y parvient, à l’aide de Gräf.

Poch

Publicités

5 réflexions sur “Peter Norden, Le désert garde ses secrets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s