Wendall Utroi, l’Enjeu

Ça y est ! J’ai enfin franchi le cap ! Je me suis laissé tenté par un ouvrage auto-édité et au delà, par un auteur ayant choisi cette voie-là. Le monde de l’auto-édition est quasiment inconnu pour moi, bien que nettement en hausse populaire ces dernières années. De plus, c’est une « mode » qui marche plutôt bien car il permet d’avoir accès à des auteurs qui auraient aussi bien leurs chances que d’autres qui sont, eux, édités. Malgré tout, j’avais certaines appréhensions. Bien que je me renseigne moi-même sur la question pour plus tard, il y a encore un peu plus d’un an je me disais que si ces auteurs la n’avaient pu obtenir de contrat dans une maison d’édition, c’est que leurs écrits n’étaient pas satisfaisant. J’étais donc bien loin de la vérité. Entre Fidèle au poste récemment et ce livre, je peux vous dire que d’autres suivront. C’est un monde dont j’étais distant, un monde inconnu, mais c’est un monde que je veux connaître.
Ici, dans ce roman, nous nous trouvons devant une bonne intrigue bien que comportant quelques facilités. L’héroïne est particulière, assez bien travaillée. Elle mène l’histoire, on sent que ses choix sont raisonnés et l’écrivain s’est laissé guider par son personnage, à raison. Elle est profonde, mystérieuse. Elle contient, enfui en elle, un lourd passé qui la détruit depuis plusieurs années. L’intrigue comporte plusieurs lieux et j’ai un petit regret que le premier, l’entrepôt dans lequel est Élisabeth, ne dure pas plus longtemps. C’est une histoire malgré tout prenante, une bonne tension nous mène par le bout du nez toute la première moitié du livre pour ensuite retomber et nous laisser pantois devant la révélation finale. Je vous présente l’Enjeu de Wendall Utroi.

Résumé

Élisabeth, femme sensible, se réveille droguée et à moitié nue dans un entrepôt en ruine, froid et humide. Elle va y découvrir trois autres personnes : José, jeune caïd de banlieue, Mary infirmière et Karl militaire en retraite. Pourquoi eux ? Qui est derrière tout ça ? Comment sont-ils arrivés là ? Mais surtout dans quel but ? Prisonnière de cet endroit et de ses peurs, elle va devoir trouver des réponses

DSC_0299
Devant la mairie de Montpellier

Des bases intéressantes

Élisabeth se retrouve donc dans cet entrepôt en compagnie de trois autres personnages et les questions affluent. Que fait-elle ici ? A-t-elle un lien quelconque avec ces personnes ? Très vite, lors de la première nuit, alors qu’ils avaient au préalable bâti un abris de fortune, une voix scintillante brise le silence de la nuit pour leur annoncer la raison de leur enlèvement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la voix ne plaisante pas. L’idée est originale. Pas le type de mission, mais la façon dont c’est orchestré. Les bases sont ainsi posées à ce moment-là. L’entrepôt, les quatre personnages, le cadre. C’est vivant et angoissant. De bonnes idées peuplent ce livre mais on sent que Wendall peut encore mieux les organiser afin de nous captiver d’avantage. Ensuite, vient se rajouter à cette base un personnage dont je me suis méfié tout du long: le commissaire Marty. Il va mener l’enquête pour aider Élisabeth. Il est l’un des seuls qui la croit par rapport à son calvaire. J’ai douté sur la fiabilité de ce personnage et je n’attendais qu’une chose, un bon retournement. Je n’en dis pas plus ! L’écrivain lui-même me disait: « je me suis posé beaucoup de questions pour le rôle de Marty au cours de l’écriture. » Et c’est ainsi que démarre la seconde moitié du livre, moins haletante.

Une tension qui retombe

Dans cette seconde partie, nous sommes devant une tension plus légère. Nous ressentons moins d’engouement, moins de stress. La traque n’en est plus une. Un manque d’attractivité et de péripéties malgré quelques tentatives pour rendre le final plus attrayant. Mais nous sommes vraiment au cœur d’une enquête policière et plus totalement dans le thriller psychologique. Nous sommes en quête de la vérité et du dénouement. Pour en avoir discuté avec l’auteur, il me disait qu’il lui « semblait impossible de tenir la cadence au vu de la trame de l’histoire sans trop en faire. Ma crainte était une fin arrivant comme un cheveu sur la soupe. » Je ne puis être que de cette avis, après coup. Il est vrai que la tension des premières pages étant maximale, il était difficile de maintenir ce degrés tout le long du roman. Thilliez a réussi cet exploit selon moi avec Vertige. Mais je ne vous en veux pas Wendall, votre roman recèle de bonnes idées et vous en avez encore sous le pied, j’en suis convaincu ! D’autant plus lorsque l’on voit ce final…

Un final musclé

L’enquête se poursuit pour finalement arriver au final de ce roman et à la vérité qui s’impose à nous. Bien que j’avais deviné quelques bribes, il est totalement impossible de deviner la globalité des révélations qui sont amenées ici. C’est pourquoi je peux dire que les contours et l’histoire en elle même est bien ficelée, qu’un travail d’une bonne qualité a été effectué sur le roman. C’est convaincant mais l’héroïne, bien qu’elle ne laisse pas passer la pilule dans un premier temps, l’accepte finalement sans ciller. Les révélations tombent une à une devant nos yeux. L’auteur a bien organisé son final et les idées. C’est agréable et j’ai été bien surpris malgré moi de certaines des réponses par rapport aux questions que je m’étais posées.

Mon avis

Un livre qui vaut le coup d’œil. Un auteur talentueux qui peut pousser encore plus loin dans son raisonnement et produire quelque chose de plus sombre et envoûtant, j’en suis convaincu !

Poch

Publicités

3 réflexions sur “Wendall Utroi, l’Enjeu

    1. C’était avec grand plaisir Wendall !
      C’est pas tous les jours que l’on converse avec un auteur aussi amical et avenant que toi
      De plus, le livre était bien sympa !
      A bientôt, j’en suis convaincu !
      Chris

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s