Le dernier repos de Sarah, Robert Dugoni

Qui a dit qu’on ne pouvait qu’apprécier, par respect pour l’envoyeur ou pour la personne qui nous le recommande, un ouvrage gagné lors d’un concours ? Il est évident que si l’on appréciait pas le résumé du livre, nous n’aurions pas participé. Mais trêve de plaisanteries. Aujourd’hui, dans ces quelques lignes, je vais vous énoncer que ce livre est un de mes coups de cœur 2017. Bien que sorti l’an dernier, ce thriller possède toutes les caractéristiques pour nous enivrer du début à la fin et ce n’était pas mince affaire. Tout d’abord, je dirai qu’il possède plusieurs angles d’attaques très réussis, avec notamment ce mélange subtil et convaincant de deux genres du thriller : le juridique et le huit-clos, où la neige nous étouffe complètement dans cette fin haletante. Les passages du procès sont tops. J’aime beaucoup lire les procès dans les livres. C’est souvent intense, vivant et j’ai une joie particulière lorsque je vois comment les avocats amènent leurs questions et gère leurs plaidoiries en fonction de ce qu’ils veulent obtenir.

Ce livre m’a happé comme peu d’autres auparavant. J’étais retenu au fond de cette intrigue tout du long et je n’ai pas touché à un livre depuis deux jours, l’histoire étant encore trop présente. Je l’ai lu en plusieurs jours mais chaque jour successif était une plongée de plus en plus vive dans l’histoire. Les personnages sont bien travaillés, notamment l’héroïne, Tracy, qui mène une quête de réponses vis à vis de son passé, la quête d’une vie. Certes, l’histoire de départ est du déjà-vu mais ça n’empêche au livre de se créer une dimension propre et que le livre soit crédible. Il possède un charme évident, par la petite ville dans laquelle l’intrigue a lieu, avec ces habitants là. Le livre possède également quelques flash-back bien utilisé pour nous aider à comprendre et varier les narrations et ils sont plaisant à lire.

Sans plus tarder, je vais vous parler plus en longueur de Dernier repos de Sarah, un livre de Robert Dugoni.

Résumé

Tracy Crosswhite a passé vingt ans à mettre en doute les faits qui ont entouré la disparition de sa sœur Sarah et le procès criminel qui s’en est suivi. Elle ne croit pas qu’Edmund House – le violeur qui a purgé sa peine et a été condamné pour l’assassinat de Sarah – soit le véritable coupable. Pour que justice soit rendue, Tracy est devenue enquêtrice criminelle dans la police de Seattle, et a dévoué sa vie à la recherche des tueurs.

Lorsque les restes de Sarah sont finalement découverts dans la ville où elles ont passé leur enfance, dans les montagnes de la région des Cascades, dans l’État de Washington, Tracy est décidée à obtenir des réponses à ses questions. Dans sa poursuite du véritable criminel, elle met à jour des secrets enfouis depuis longtemps, qui vont modifier la relation qu’elle entretient avec son passé, et ouvrir la porte à un danger mortel.

IMG_20170611_165019640_HDR

Une sœur disparue, un coupable idéal, un procès rapide

Tracy est un personnage pour lequel j’ai eu une affection quasi directe. Elle est attachante et j’ai aimé suivre toute l’histoire avec elle. Très vite, vingt ans auparavant, un coupable est trouvé pour la disparition de sa sœur. Le procès intervient peu après. Ce coupable est un peu « idéal » car c’était un ancien détenu, condamné six ans pour viol par le passé. Le procès est rapide et les faits accablants. Mais pour Tracy, plusieurs choses ne collent pas, dans les témoignages et les faits. C’est ainsi que pendant vingt ans elle mène une enquête personnelle et est même entrée à la police pour être détective professionnel. Elle veut confronter les faits qu’elle trouve inexacts, incorrects avec les preuves qui ne tarderont pas à refaire surface, lorsque les ossements du corps de Sarah sont retrouvé, au début de l’histoire. Très vite, nous nous posons un amas de questions, dont une, primordiale, va nous hanter tout le livre : qui est le véritable responsable de la disparition de Sarah ?

Des témoins ambiguës

Tracy en est persuadée, le procès initial n’a pas été correct et demande réparation. Les témoins ont effectués des dépositions douteuses. D’autres ont dit la vérité. Les témoignages au cours des procès sont efficaces et plaisants à suivre. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est le travail des avocats, que ce soit Dan, le second personnage, ou Clark, l’avocat de l’accusation. J’aime énormément comment ces agents de la loi effectuent leur partie d’échec où chaque pion avancé a une importance cruciale sur la suite de la partie. A chaque témoin demandé à la barre, on sent que les questions posées ne seront pas les mêmes et auront une influence sur la suite du stratagème, sur la réflexion posée et sur la façon de procéder. Ces techniques ont toutes un raisonnement initial où le but final est d’obtenir ce qu’ils veulent entendre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que certains témoins ont des choses à cacher et que Dan saura mettre le point dessus. C’est des moments rythmés qui font le charme du thriller juridique. L’auteur y maîtrise la totalité et l’action est bien évidemment présente au sein du roman.

Un huit clos glacial

Lorsque l’on rentre dans le dernier tiers du roman, tout s’enchaîne et le thriller juridique n’a plus sa place. La neige est omniprésente, enfermant chacun des acteurs du livre dans une prison naturelle où le froid sera prédominant. Des tempêtes de neige, un blizzard intense, des arbres qui s’écroulent sur les routes, une explosion, des bains de sang. C’est une fin qui est très bien amenée, où nous finissons en sueur dans ce décor glacial. Sacré contraste pas vrai ? La neige, métaphore des révélations, nous enseveli par un, voire plusieurs chocs. Les sueurs froides sont présentes également pour nous faire ressentir l’insoutenable, l’effrayant. Car oui, tout ceci était bien l’œuvre d’un esprit retors, un esprit malsain, une âme cruelle, froide et manipulatrice.

Petite mention à la traduction qui est excellente dans ce bouquin. Je ne le fais jamais d’habitude mais ici, cela s’avère nécessaire !

Pour conclure

C’est un thriller efficace où l’auteur manipule à merveille les indices mis à notre disposition et où l’illusion est de mise. C’est un régal à lire. Peu de longueurs et une enquête plaisante. Un bon gros coup de cœur, comme Amélie qui m’avait tant vanté ce bouquin, à raison. Au final tellement heureux de l’avoir gagné lors d’un concours qu’elle avait organisé.

Pleack

Publicités

9 réflexions sur “Le dernier repos de Sarah, Robert Dugoni

  1. Hello !
    Comme je suis ravie de lire cette chronique ! 🙂 J’avais un peu la pression quand même, car ça m’aurait embêter de te le vendre comme un chouette livre pour qu’au final il ne te plaise pas. ^^ Je suis d’accord avec toi sur tous les points : j’ai adoré le personnage de Tracy & l’intrigue de cette histoire. La plume de l’auteur et la traduction sont remarquable.
    Bises,

    Amélie

    Aimé par 1 personne

    1. Merci énormément, une fois encore !
      Maintenant du coup j’hésite à lire la suite ! Le livre avait son charme évident par rapport à la proximité soeur/soeur et la petite ville ! Mais le second est plus une enquête ^^. Et tu m’as dit l’avoir trouvé un peu en dessous du premier :p

      Aimé par 1 personne

    1. Coucou Marion ! Faut que je repasse sur ton blog ! ^^
      Merci beaucoup !
      Le huit-clos prend vraiment place dans le dernier tiers du livre, lorsque la neige arrive. Il permet d’accélérer les événements et de mettre la fin dans un climat épuisant et saisissant. J’ai beaucoup aimé !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s